........................................

[ Décès de Norbert Percereau

Notre ancien membre Norbert Percereau est décédé le 5 mars 2021 à l’âge de 90 ans et a été inhumé le 9 mars à Périgueux. Date fatidique puisque M. Percereau a tant contribué – plus que tout autre – à révéler les faits autour de l’attentat commis par Gaston Verne sur son oncle... le 9 mars 1886.
Alors que la plupart des commentateurs s’étaient contentés avant lui de se perdre en conjectures, élaborant parfois les théories les plus fumeuses, il effectua pour sa part, de véritables recherches. Certes, sa formation professionnelle au sein de la police l’avait prédestiné à ces investigations méticuleuses et consciencieuses grâce auxquelles il livrait des articles et dossiers toujours enrichis d’une documentation impeccable. Sa contribution à la recherche vernienne est donc incontestable et s'il avait toutes les raisons d'être fier de ses découvertes, il resta toujours un homme discret et réservé.
La Société Jules Verne lui rend hommage et présente à ses proches ses plus sincères condoléances.

Vous pouvez lire ou relire Norbert Percereau dans le Bulletin de la Société Jules Verne nouvelle série :
« Marie se marie », mais le marié n’est pas Marie. BSJV n°149
Précisions sur Robert Godefroy. BSJV n°150
Les disparus d’Yverdon-les-Bains ou le tragique destin de Marcel Verne. BSJV n°151
Le destin de Gaston Verne. BSJV n°155
Le secret de la « Fiancée invisible ». BSJV n°159
Rapport médical “sur l’état mental du sieur Gaston Verne”. BSJV n°171
Jules Verne à la Bourse de Paris. BSJV n°172
L’état-civil de Michel Verne. BSJV n°187


[ BSJV n° 201 - Éditorial

Qu’est-ce que c’est que l’odonymie ? Jean Demerliac l’explique dans la première phrase de son article, puis il l’applique au cas de Jules Verne dans son environnement amiénois – prélude à une recherche plus importante, dont cet article ne donne qu’un avant- goût. Dans un contexte apparenté, Philippe Burgaud nous raconte le triste devenir d’un superbe voilier qui porta à l’origine le nom de Jules Verne mais dut l’abandonner au profit d’un autre – provenant d’un milieu tout différent et bien inattendu.

L’identification des modèles verniens, imaginaires et réels, occupe le centre de ce numéro. Meiko Richert démasque définitivement un portrait faussement attribué à Jules Verne. Volker Dehs, après avoir présenté un choix des notes personnelles de l’écrivain, qui se glissent fréquemment dans ses œuvres romanesques, s’occupe des rapports entre Verne et Edgar Poe. Bien que l’influence du second sur le premier ait souvent été soulignée par la critique vernienne et passe pour un fait généralement admis, on a rarement pris à la lettre et commenté le seul article littéraire de Verne consacré à un confrère. Si le bagage analytique du romancier nous paraît aujourd’hui bien modeste, Dehs se joint à tous ceux qui voient dans cet article – contestations comprises ! – une sorte d’acte de naissance des Voyages extraordinaires.

Jean-Claude Bollinger ajoute une nouvelle pierre à la mosaïque inépuisable, qu’il a intitulée Jules Verne et la science d’aujourd’hui, dans laquelle il aborde quelques aspects géologiques et géocritiques spécifiques au Voyage au centre de la Terre. Dans un second article, il s’interroge sur certaines pratiques éditoriales qui n’hésitent pas à sacrifier le détail (le texte correct de Verne) au tout, comme l’a fait récemment un éditeur en publiant, à grands renforts de publicité, l’œuvre vernienne quasiment complète.

Pour conclure sur un ton riant, Henri Levanneur enrichit notre rubrique Humbug et balivernes par une version complétée de sa « Bibliothèque modèle des Voyages extraordinaires ».

La rédaction

bulletin de la société jules verne

201 Novembre 2020

[ Edgar Poë et ses œuvres

>>

Librairie de la société jules verne

>>

[ Décès de Norbert Percereau

Notre ancien membre Norbert Percereau est décédé le 5 mars 2021 à l’âge de 90 ans et a été inhumé le 9 mars à Périgueux. Date fatidique puisque M. Percereau a tant contribué – plus que tout autre – à révéler les faits autour de l’attentat commis par Gaston Verne sur son oncle... le 9 mars 1886.
Alors que la plupart des commentateurs s’étaient contentés avant lui de se perdre en conjectures, élaborant parfois les théories les plus fumeuses, il effectua pour sa part, de véritables recherches. Certes, sa formation professionnelle au sein de la police l’avait prédestiné à ces investigations méticuleuses et consciencieuses grâce auxquelles il livrait des articles et dossiers toujours enrichis d’une documentation impeccable. Sa contribution à la recherche vernienne est donc incontestable et s'il avait toutes les raisons d'être fier de ses découvertes, il resta toujours un homme discret et réservé.
La Société Jules Verne lui rend hommage et présente à ses proches ses plus sincères condoléances.

Vous pouvez lire ou relire Norbert Percereau dans le Bulletin de la Société Jules Verne nouvelle série :
« Marie se marie », mais le marié n’est pas Marie. BSJV n°149
Précisions sur Robert Godefroy. BSJV n°150
Les disparus d’Yverdon-les-Bains ou le tragique destin de Marcel Verne. BSJV n°151
Le destin de Gaston Verne. BSJV n°155
Le secret de la « Fiancée invisible ». BSJV n°159
Rapport médical “sur l’état mental du sieur Gaston Verne”. BSJV n°171
Jules Verne à la Bourse de Paris. BSJV n°172
L’état-civil de Michel Verne. BSJV n°187


[ BSJV n° 201 - Éditorial

Qu’est-ce que c’est que l’odonymie ? Jean Demerliac l’explique dans la première phrase de son article, puis il l’applique au cas de Jules Verne dans son environnement amiénois – prélude à une recherche plus importante, dont cet article ne donne qu’un avant- goût. Dans un contexte apparenté, Philippe Burgaud nous raconte le triste devenir d’un superbe voilier qui porta à l’origine le nom de Jules Verne mais dut l’abandonner au profit d’un autre – provenant d’un milieu tout différent et bien inattendu.

L’identification des modèles verniens, imaginaires et réels, occupe le centre de ce numéro. Meiko Richert démasque définitivement un portrait faussement attribué à Jules Verne. Volker Dehs, après avoir présenté un choix des notes personnelles de l’écrivain, qui se glissent fréquemment dans ses œuvres romanesques, s’occupe des rapports entre Verne et Edgar Poe. Bien que l’influence du second sur le premier ait souvent été soulignée par la critique vernienne et passe pour un fait généralement admis, on a rarement pris à la lettre et commenté le seul article littéraire de Verne consacré à un confrère. Si le bagage analytique du romancier nous paraît aujourd’hui bien modeste, Dehs se joint à tous ceux qui voient dans cet article – contestations comprises ! – une sorte d’acte de naissance des Voyages extraordinaires.

Jean-Claude Bollinger ajoute une nouvelle pierre à la mosaïque inépuisable, qu’il a intitulée Jules Verne et la science d’aujourd’hui, dans laquelle il aborde quelques aspects géologiques et géocritiques spécifiques au Voyage au centre de la Terre. Dans un second article, il s’interroge sur certaines pratiques éditoriales qui n’hésitent pas à sacrifier le détail (le texte correct de Verne) au tout, comme l’a fait récemment un éditeur en publiant, à grands renforts de publicité, l’œuvre vernienne quasiment complète.

Pour conclure sur un ton riant, Henri Levanneur enrichit notre rubrique Humbug et balivernes par une version complétée de sa « Bibliothèque modèle des Voyages extraordinaires ».

La rédaction

bulletin de la société jules verne

201 Novembre 2020

[ Edgar Poë et ses œuvres

>>

Librairie de la société jules verne

>>